Randonnée hors des sentiers battus par Provence-Guide.net - [de|fr]

Rando côtière dans le calcaire blanc de la Côte Bleue du Massif de l'Estaque

La côte et les constructions impressionnantes de la Ligne Bleue

type
randonnée
difficulté
moyenne
durée
3 h
transports en commun
oui
boucle
avec train
refuge
localité
équipement
montagne

Introduction

En venant de l'ouest, le Massif de l'Estaque est la première grande falaise rocheuse sur la côte après les Pyrénées! Côté ouest il n'y a que le Golfe du Lion avec ses plages et ses étangs et juste avant notre petit massif de calcaire s'étend le plat pays de la Camargue. Le contraste est grand, cependant nous n'en verrons rien car la côte et donc la vue de ce sentier des douaniers sont orientés sur la Rade de Marseille et ses calanques plus à l'est. Le calcaire est ici particulièrement blanc, la côte abrupte et donc la mer profondément bleue. Quelques petites criques permettent de descendre au rivage et nous passons dans plusieurs calanques habitées. Nous sommes accompagnés par la ligne de chemin de fer durant toute la randonnée. Initialement une ligne stratégique militaire mis en service en 1915, elle a su résister aux campagnes de fermeture des lignes secondaires et nous permettra de faire le trajet pédestre dans une direction seulement, et de retourner en train tout en admirant le paysage d'un autre angle.

Dans divers guides de randonnées de la Côte d'Azur un sentier le long du littoral est décrit, il s'appelle aussi Sentier du Littoral est est en général aménagé par le Conservatoire du Littoral. Ici ce n'est pas le cas, en tout cas on ne retrouvera pas la qualité du balisage comme par exemple à Giens dans le Var. Aussi on ne peut pas toujours se fier à la carte IGN, car plusieurs chemins ne sont pas officiels et ne se retrouvent donc pas dans cette carte. Bref, rien qu'entre Niolon et la La Redonne il y a plusieurs sections de qualité très différente, mais c'est aussi ce qui fait le charme des randonnées présentées ici, toutes représentent un petit défi à relever.

Les faits

7,6 km distance totale

3 h durée de marche

220 m dénivelé totalisé

orientation facile avec quelques fausses pistes dans le calanques

balisage 100% du tracé

55% sentiers faciles

25% petites rues en ville

10% sans chemin

5% petites routes calmes

5% escaliers

<5% routes agricoles

dangers glissements de terrains et parties potentiellement fermés

enfants oui

utile équipement pique-nique

indispensable chaussures de montagne, équipement rando et eau

Coordonnées GPS WGS84 du point de départ 43.340169,5.257002

Cordonnées GPS WGS84 du point d'arrivée 43.828188,6.228047

Téléchargements GPX, KML (souris droite, enregistrer sous...)

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Voie ferrée de la ligne de la Côte Bleue

Transports en commun

La Côte Bleue n'est pas défigurée par une route en corniche, il n'y a que le train de la Ligne Bleue qui y passe, tant mieux pour nous! Une quinzaine de correspondances permettent de venir de Marseille entre 7 et 20 heures et ce en environ une demie heure, c'est donc idéal pour nous randonneurs, il ne faudra pas trop attendre ni se stresser. Entre la Redonne et Niolon le trajet ne prend que 7 minutes. Renseignements sous TER PACA, voir la Ligne 07 Marseille-Miramas via Rognac & Port de Bouc.

Accès

Comme précisé sous transports en commun il n'y a pas le route directe le long de la côte et en plus les parkings sont très limités sur la zone. L'accès se fait normalement par l'A55 (entre Marseille et Martigues), la quitter à Gignac puis traverser la crête par le Rove et descendre sur la D48 à Niolon. Le départ du sentier est avant le rails à droite (ouest), sur le Chemin des Poseurs.

Parkings utiles

C'est assez simple, il n'y pas vraiment de place pour se garer à Niolon (et encore moins à la Redonne). À Niolon c'est uniquement à droite avant l'entrée et avant la descente au village (panneau voie sans issue et containers de verre usagé). Hors saison il y a quelques places à droite avant de passer sous la voie ferrée, c'est au Chemin des Poseurs, le départ de cette randonnée est aussi ici.

Conseils

Cette côte blanche est raide et exposée sud, il n'y a pas d'eau hors des villages. Avec du soleil il fera chaud en toutes saisons, en plein été il faudra éviter les heures de midi. Sur les premiers 5 km il n'y a pas d'alternative au sentier et aucun village. Après il y a des accès routiers à partir du Méjean. Il n'y pas de station de train intermédiaire entre Niolon et la Redonne. À partir de la calanque de Méjean on est forcé de contourner certains caps par le nord sur une route communale. C'est un peu déplaisant mais c'est dû à la côte qui est érodée par la mer et ainsi des parties du sentier littoral ont glissé et disparu. Bien sûr les constructions de villas trop près du bord de mer sont aussi en cause!

Le sentier est facile mais nous sommes dans un milieu naturel changeant. Il se peut que des arbres soient tombés ou que des parties du chemin aient glissées, surtout hors saison parce que les chemins ne sont pas entretenus de manière conséquente par un organisme dédié.

Toute cette partie de côte est une zone à fort risque d'incendie de forêt. En période estivale, mais aussi en dehors de celle-ci par sécheresse ou forts vents, l'accès aux massifs forestiers est réglementé. Ainsi des routes peuvent être interdites à la circulation et/ou des sentiers interdits aux randonneurs. Renseignements sous bouches-du-rhone.gouv.fr (en été seulement, chercher: Accès aux massifs forestiers).

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Calanque de l'Érevine sur notre chemin

Les sections

  1. Niolon - Méjean: le cœur de la rando.
  2. Méjean - la Redonne: anciennes calanques de pêcheurs.

Aucune auberge avec restauration hors des calanques habitées.

Section 1: Niolon - Méjean

4,8 km ... 1 h 45 min 100 m 115 m facile

10% petites routes calmes, avec balisage rare

90% sentiers faciles, avec balisage rare

Les points repères

La partie centrale de la rando, rien que la mer, le sentier et les ouvrages de la voie ferrée.

Le Chemin des Poseurs ne mène qu'à une maison et n'est qu'un parking d'habitants le long de la voie ferrée. À sa fin nous enfilons le sentier qui reste parallèle aux rails. La Calanque du Jonquier est la première d'une multitudes de vallons descendant de la crête du Massif de l'Estaque et formant des petites baies le long de la côte. Nous les contournerons tous par l'intérieur, cependant la voie ferrée les passera en général sur des grands et impressionnants viaducs. Il y aura plusieurs croisements de la voie ferrée, tous se font par passages au-dessous ou ponts par dessus, ne jamais pénétrer sur les voies, une cinquantaine de trains passe ici chaque jour!

Train dans la gare de Niolon sur la Côte Bleue

Le Chemin des Poseurs est à droite de la voie ferrée

La Calanque du Jonquier est aussi la première possibilité de descendre à la mer. Il faut passer sur des éboulis, entre les piliers de du viaduc il y a une petite plage fort caillouteuse. Attention cependant, toutes les calanques ne se prêtent pas la descente, il ne faut s'engager que si un chemin est bien visible. S'il fait chaud un bain peut rafraîchir, mais à la nage ne faut pas sortir trop loin sur la mer car les bateaux peuvent passer assez près.

Avant la possibilité de descendre dans la calanque il y a une bifurcation. Notre tour continue à gauche. Ceux qui ont du temps peuvent accéder d'ici, sur la droite, au Fort de Niolon, une structure militaire de la fin du 19e siècle et abandonnée depuis la deuxième guerre mondiale. Il faut monter assez fort de 150 m, d'en haut on dispose d'une vue d'ensemble de cette côte. Accès par un sentier de promenade et de randonnée (PR) balisé en jaune et montant par la suite à Ensuès.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Viaduc dans la Calanque du Jonquier

Le chemin ressort de la Calanque du Jonquier sous un arc du viaduc et passe donc entre la voie ferrée et la côte. Le balisage est changeant voire inexistant, mais le sentier n'est pas vraiment à rater, ne jamais remonter les vallons trop loin vers le nord, ne plus descendre vers la mer jusqu'à la Calanque de l'Érevine car ces combes sont trop raides (cela compte particulièrement pour la Calanque du Riflard). C'est définitivement la partie la plus belle de la randonnée car c'est aussi la plus sauvage.

Sauvage signifie aussi que l'entretien n'est pas toujours assuré. Des arbres ont pu tomber ou des murets ont pu s'écrouler. Dans un de ces cas il faut essayer de passer au plus près, donc en restant près du chemin initial, car il y a peu d'alternatives réelles au tracé d'origine.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Un pin tombé le chemin

Nous restons sous la voie ferrée jusqu'à ce qu'elle disparaisse dans un tunnel. Comme au départ de la randonnée la pente naturelle est très raide et nous tournons dans un raide vallon. Le chemin a été ici plusieurs fois changé, il reste un tunnel piéton plus haut, mais désormais on passe plus bas entre la paroi et une aiguille rocheuse. En regardant vers le haut et vers le nord, il est possible d'apercevoir le Fort de Niolon Haut. Le sentier passe dans ce ravin meuble et approche tout près la voie ferrée, couverte ici par une galerie fermée. Nous sommes au-dessus de la double Calanque du Riflard, qui n'est qu'une écorchure hostile dans cette côte quasiment verticale, il est impossible de descendre ici. Attention sur le talus très pentu.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Chemin au-dessus de la Calanque du Riflard

En avançant, nous apercevons le rocher ovale du Moulon. Il forme une presqu'île après la Calanque du Riflard. Il faut grimper pour y accéder, l'approche se fait mieux par le côté est.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Le Moulon, 48 m, vu de l'est

Le Moulon est plus hostile de l'autre côté.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Le Moulon, 48 m, vu de l'ouest

Le chemin continue entre la mer sur la gauche et le ciel sur la droite. La voie ferrée est retournée dans un tunnel. Attention les rochers sont ici usés par les passages de randonneurs et de touristes à le recherche de plages plus originales.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Sentier de la Côte Bleue fortement usée

Il reste une tour qui doit dater de la construction du chemin de fer, plus tard nous passerons dans une zone qui devait servir de carrière de pierres.

L'accès à l'eau est après ce méchant ravin seulement!

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Calanque de l'Érevine

La Calanque de l'Érevine est un peu comme la première (Calanque du Jonquier), avec un grand viaduc ferroviaire qui passe par dessus. Ici il y a une autre possibilité d'approcher l'eau, la plage est même un peu plus large.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Viaduc Baume de Lume à la Calanque de l'Érevine

En face l'Île de l'Érevine est doté d'un feu pour la navigation maritime. Elle n'est qu'à une centaine de mètres de la côte, pour l'approcher à la nage il faut en faire un peu plus car sa côte nord est trop raide pour sortir de l'eau. Sa pointe est semble plus propice pour y nager.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Île de l'Érevine, 27 m

Après la calanque notre chemin retourne au nord des rails, longe ceux-ci, passe dans une carrière de pierres et fait même un crochet plus loin au nord par dessus une petite crête.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Sentier près de la Ligne de la Côte Bleue de Miramas à Marseille

Après cette montée inattendue nous sommes sur la crête, en regardant en arrière on apperçoit Marseille.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

La Côte Bleue

Mais le sentier côtier n'est pas terminé, nous redescendons et croisons les voies sur un pont piétonnier.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Pont piétonnier sur le sentier des douaniers de la Côte Bleue

Désormais la voie ferrée restera plus à l'arrière. Nous ne la croiserons plus qu'à la Redonne pour accéder à la gare. L'état du sentier s'améliore, mais il présente aussi plus de dénivelé. Il faut monter et descendre sur des marches aménagées de manière irrégulière. C'est ainsi que nous avançons sur le Cap Méjean encore très sauvage sur son long flanc est.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Marches du sentier du littoral de la Côte Bleue

En tournant au cap, une autre calanque nous attend, elle est cependant bien plus grande que les précédentes, il y a un port, un village, un petit bar, bref un peu plus de civilisation qui nous accompagnera le reste de la randonnée.

C'est sous des pins que l'on aboutira directement sur le quai du petit port du Méjean agencé sur deux bassins naturels.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Port Méjean sur la Côte Bleue

Section 2: Méjean - la Redonne

2,8 km ... 1 h 15 min 120 m 100 m moyenne

60% petites rues en ville, avec balisage rare

25% sans chemin

10% escaliers, avec balisage rare

5% routes agricoles, avec balisage rare

Les points repères

Attention! Sur cette section le chemin du littoral peut être barré ou impraticable en partie ou en totalité suivant l'état du sentier (et son hypothétique réparation par la commune) ou aussi par la mer rentrante. Au pire il faut tout contourner par la route sur le Chemin de Méjean (près de la voie ferrée) qui mène jusqu'à la Redonne.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Port du Grand Méjean

Ne pas avancer sur le quai mais monter la route à droite.

Le chemin passe au bord de la falaise et contre les clôtures des propriétés privés. Il n'y aura comme alternative que la route si une partie manque.

Une morceau au bord de l'eau est sans chemin ni balissage.

Entre le Méjean et la Calanque des Figuières la roche de la côte est très érodée et les maisons sont construites plus haut très près du bord. Il n'y a donc pas moyen de passer près de la mer, nous devons contourner cette partie par des voies communales: le Chemin du Tire-Cul passe du Grand Méjean au Petit Méjean. Inutile d'avancer à la pointe ouest de la calanque: ça ne passera pas. Au contraire monter le Chemin de Méjean, passer le col plat (la voie ferrée est visible sur la droite) et descendre le Chemin des Figuières jusqu'au port du même nom. Sortir sur la pointe ouest (qui s'oriente vers l'est), monter les marches et enfiler le petit sentier bétonne et entre deux grillages.

La carte montre avec un tracé hachuré en noir le début d'une partie potentiellement fermée. Le tracé en tirets gris sur la partie ouest du Chemin de Méjean est l'alternative pour tout contourner. Les tracé en tirets entre ces deux possibilités est un ancien chemin trop embroussaillé.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Caps délimitant les calanques des Figuières et du Méjean

Au premier plan le sentier montant vers la Calanque des Anthénors.

Le chemin peut être fermé ou impossible à partir de la Calanque de Figuières . S'il est fermée par panneaux affichant un arrêté municipal c'est parce que le sentier manque dans la Baie des Anthénors. On peut passer, mais il faut que la mer soit calme, sinon le mince passage plus bas ne sera pas existant et le danger de chutes de pierres accru. L'alternative est de remonter au Chemin de Méjean, de tourner à gauche et de continuer jusqu'à la Redonne. Les autres accès à la Calanque des Anthénors sont privés et l'on peut au mieux en sortir mais pas y entrer (portails et grillages méchants). Il y a un chemin en hauteur qui était accessible juste avant le port, il fallait monter dans le flanc, rejoindre une route privée (portail sur la gauche), la traverser et continuer à monter le long d'une clôture. On aboutissait ainsi à la calanque ouest des Anthénors. Cependant en 2011 la montée à partir du port était très embroussaillée.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Port et Calanque des Figuières

Sur le chemin au bord de l'eau et après le passage entre les grillages, le sentier donne dans une sorte de vallon entre deux crêtes rocheuses et le tout descend vers la mer. Le sentier aménagé disparaît. Nous suivons désormais la côte au fil de l'eau. La paroi rocheuse se rapproche parfois dangereusement, ne pas s'y attarder, des rochers peuvent tomber, surtout après de la pluie. La scène est désertique et vu l'accès difficile voire interdit, cette calanque est devenu un spot de nudistes.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Calanques des Anthéors en venant de l'est

Quand on tourne on voit une baie rocheuse ouverte, plus loin devant une plus petite calanque avec des écueils au large, c'est la Calanque des Anthénors proprement dite. C'est notre prochaine étape. Arrivés ici nous montons par des marches et nous serons vite coincés entre l'abîme à gauche et un grillage de propriété privée à droite. Ce chemin aboutit sur la voie communale de la Corniche des Anthénors et cette route nous mène directement au port de la Redonne.

La carte montre avec un tracé hachuré en noir les parties potentiellement fermées dans et après la Calanque des Anthénors. Le tracé en tirets sur le Chemin de Méjean (le long du chemin de fer) est l'alternative pour tout contourner. Si on arrive à avancer jusqu'à la Calanque des Anthénors et que par la suite ça ne passe plus, on peut sortir par la piste en tirets rouge menant à la clôture.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Côte rocheuse de la Calanques des Anthéors

Il se peut que la montée des marches à partir de la Calanque des Anthénors soit interdite ou impossible, en effet la mer grignote la côte et c'est le sentier du littoral qui souffre en premier. Dans ce cas monter la piste, prendre la première à gauche (maison sur la droite devant) et continuer à monter. À la bifurcation suivante serrer à droite et monter encore, on aboutit à la route entre le Méjean et la Redonne. Avant de rejoindre la route il faut encore passer le portail ou par dessus le grillage de la propriété privée, en effet nous en sortons... Cette situation est très déplaisante, la commune d'Ensuès-la-Redonne devrait investir dans le rétablissement du sentier douanier sur toute sa longueur, il n'y pas que les taxes foncières qui font vivre la région, le tourisme responsable est l'avenir!

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Port de la Redonne sur la Côte Bleue

Sur le contournement par le Chemin de Méjean et avant la Redonne il y a la possibilité de tourner à l'Avenue Martin: y monter un peu puis descendre l'escalier sur la droite pour aboutir sur la Corniche des Anthénors et continuer tout droit vers le port.

À la Redonne balade possible sur le petit port, même si grimper sur la jetée semble déconseillé (photo).

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Panneaux bizarres à la Redonne

Le village de la Redonne est un peu plus grand que les autres où nous sommes passés, il y a un bar-restaurant (Auberge des Calanques) et, suivant l'horaire du prochain train pour revenir au point de départ où à la maison, il peut être utile et agréable de s'y désaltérer.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Calanque de la Redonne

Il faut encore un peu d'énergie car la gare de la Redonne est tout en haut du village, les attentifs auront reconnu l'immeuble typique en haut. La route à suivre est évidente, c'est le Chemin de la Gare.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Gare de la Redonne-Ensuès

Sources et informations supplémentaires

Cette randonnée est inspiré du livre "Sentiers du littoral méditerranéen, Randonnées de Marseille à Saint-Tropez", de Pierre Garcin et Nicolas Lacroix, éditions Glénat, série Montagne Randonnée, ISBN 987-2-7234-6259-4. Si vous êtes intéressés par d'autres sections du sentier littoral, ce livre décrit bien toutes les parties, avec photos et cartes. Cependant les tours sont linéaires en suivant la côte d'ouest en est et ne proposent pas de boucles.

Ne partez pas sans bonnes cartes topographiques, même si tous les chemins ne sont pas représentés comme il faut sur cette feuille: le tour se trouve sur la carte IGN "Étang-de-Berre, Istes, Marignane, Martigues", échelle 1:25000, 3144OT.

Photo © de l'auteur du site web provence-guide.net : André M. Winter (Source)

Jardins privés empêchant ici l'installation d'un sentier littoral

Les informations sur cette randonnée ont été recueillies avec le plus grand soin en 2011. Cependant toutes les données sont fournies sans garantie. Si toute fois tu y trouves des erreurs s.v.p. contacte l'auteur, en particulier si tu fais partie des services de la mairie ou de l'office de tourisme de la commune de F-13820 Ensuès-la-Redonne. Merci!